Grève du controle aérien

Vol annulé, retards : que faire si votre vol est touché par la grève du contrôle aérien ?

Grève du contrôle aérien : annulations et retards

Dernière mise à jour le 29/03/2019 à 11h00.
Plusieurs grèves touchent le contrôle aérien Européen en ce début d'année : en France (mouvement lié aux changements de statuts des fonctionnaires) et en Belgique (syndicat Skeyes, anciennement Belgocontrol).

Etat des perturbations en Belgique (fin mars)

Près de 200 vols ont du être annulés en Belgique depuis le début du mouvement. La compagnie Brussels Airlines a été particulièrement touchée avec une cinquantaine de vols annulés ou très fortement retardés en l'espace d'une semaine. Son PDG dénonçant une "situation insoutenable". Les aéroports de Bruxelles, Liège et Charleroi ont notamment été impactés par cette grève des contrôleurs aériens qui pourrait durer jusqu'à début avril si aucune situation n'est trouvée.

La plupart des vols de la journée de la journée du 28 mars étaient retardés de 45mn à 1h30 en moyenne le matin à Bruxelles Zaventem. La situation s'est dégradée l'après-midi avec notamment des annulations.

Si vous volez avec Brussels Airlines, vous pouvez vérifier le statut de votre vol sur cette page.

Etat des perturbations en France (18-20 mars)

Quelques vols ont été annulés le 18 mars au soir notamment avec Vueling, mais de fortes perturbations sont pour le moment constatées sur la zone sud et sud est de la France avec des retards moyens très importants, supérieurs à 45mn.

La situation était très difficile sur Toulouse et Bordeaux très tôt au matin du 19 mars, puis s'est améliorée. L'espace aérien autour de Lyon est resté perturbé toute la matinée avec des retards qui dépassent en moyenne 45mn. Un point de situation est visible sur le site d'Eurocontrol

Puis-je être indemnisé si mon vol est perturbé

Malheureusement non. En effet le règlement Européen 261/2004 prévoit une indemnisation financière uniquement lorsque la faute est imputable à la compagnie aérienne. Lorsqu'il s'agit d'une circonstance exceptionnelle, aucune indemnité n'est prévue pour les passagers impactés. La grève des contrôleurs aériens étant indépendante de la volontée des compagnies, celles-ci ne pourront vous indemniser pour un retard supérieur à 3 heures, une escale manquée ou un vol annulé.

Par contre, la compagnie ne devra pas vous laisser seul et en cas de vol annulé ou escale manquée, elle devra vous porter assistance (bons repas, boisson, communications) et vous acheminer sur un autre vol afin que vous puissiez rejoindre votre destination.

Si votre vol est annulé et que la compagnie ne vous propose pas de réacheminement, elle devra vous rembourser votre billet. Si le vol comporte une escale, elle devra rembourser l'ensemble du trajet et non le tronçon concerné par l'escale.

Comment savoir si mon vol est impacté ?

Rendez-vous sur le site de votre aéroport aéroports de Paris ou sur l'espace statut de mon vol de la compagnie aérienne avec laquelle vous avez réservé votre vol afin de savoir si votre vol est annulé ou le temps de retard :

Rappel des motifs de refus d'indemnisation

Les compagnies aériennes peuvent dans certaines circonstances, ne pas avoir à indemniser un passager d'un vol annulé ou retardé de plus de 3 heures. Outre le cas de la grève du contrôle aérien (ATC strike) voici quelques motifs d'annulations ou de retards qui ne permettent pas d'obtenir une indemnisation au titre du règlement Européen 261/2004 :

greve douaniers orly roissy

Votre vol a été annulé ou retardé pour un autre motif

Si votre vol a été annulé ou retardé de plus de trois heures ces cinq dernières années, alors vous pouvez prétendre à une indemnité allant jusqu'à 600€ par personne. Voir la page "vos droits" sur notre site.

Pourquoi cette grève du contrôle aérien Français ?

Nous avons contacté le bureau national de l'USAC CGT (syndicat de contrôleurs), qui nous a livré ses explications du mouvements de grève. Le syndicat applique le service minimum et s'interroge notamment sur les réelles raisons des annulations de vols :

" Au-delà du contrôle aérien, il s'agit d'un mouvement de grève de l'ensemble de la fonction publique relayé par FO et la CGT à la Direction Générale de l'Aviation Civile. Cet appel à la grève vise à manifester l'opposition des agents publics aux projets du gouvernements attaquant les statuts des fonctionnaires notamment par le recours accru aux contractuels dans la fonction publique ou en permettant le recours facilité à la mobilité forcée ou encore sur la gestion de la mobilité des fonctionnaires qui ne ferait plus l'objet d'une consultation paritaire des organisations syndicales.

La question du revenu des fonctionnaires est également à l'origine du recours à la grève. Si la DGAC n'a pas demandé d'abattement aux compagnies aériennes, elle a bien mis en oeuvre les dispositifs de service minimum dans la navigation aérienne visant, entre autres, à permettre d'assurer les survols et l'accès à toutes les régions françaises, y compris en Outre-Mer. Ce service minimum entraîne de fortes restrictions du droit de grève des agents avec parfois plus de la moitié des fonctionnaires privés de leur droit de grève. Il est l'un des plus favorable en Europe à la continuité du trafic aérien.

L'USAC CGT dénonce le comportement des compagnies aériennes qui poussent d'un côté la Commission Européenne et l'Etat Français à restreindre encore plus le droit de grève dans la navigation aérienne et, en même temps, s'abritent derrière les mouvements sociaux pour justifier des annulations de vol qui ne sont pas toujours liées à ces mouvements.

Ainsi, on peut se demander si les annulations auxquelles vous [RetardVol, NDLR] faites référence ne sont pas des décisions commerciales plutôt que des conséquences du mouvement social. Enfin selon les chiffres d'Eurocontrol, les retards attribués aux grèves représentent environ 1% du total des retards aériens en Europe alors que plus de la moitié de ces retards sont directement attribuables aux compagnies aériennes."